Confortablement nichée dans le creux des Appalaches longeant la magnifique vallée du fleuve Saint-Jean, aux frontières du Nouveau-Brunswick, du Québec et du Maine, la République du Madawaska vous attend, vibrante et accueillante.

Une république ? Oui ! Mais une république… légendaire !

Et c’est grâce à une étonnante rencontre entre l’histoire, les peuplements et la géographie qu’elle a vu le jour.

Loin dans le temps, au début de tout, cette vallée du Madawaska, couvrant les deux rives du fleuve Saint-Jean, était peuplée de Malécites. Madawaska veut dire « pays des porcs-épics » en malécite.

Ce territoire était aussi fréquenté depuis des années par des Européens. Notamment, les demi-frères Pierre Lizotte et Pierre Dupéré, originaires du Kamouraska, qui venaient depuis 1783 y faire la traite des fourrures.

La colonisation s’enclenche définitivement, en 1785, avec l’arrivée des Acadiens qui s’installèrent sur les rives pour cultiver les platins. Ils venaient du sud du Nouveau-Brunswick où ils avaient trouvé refuge après la Déportation des Acadiens, enclenchée en 1755 à Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse. Cette fois, ils cédaient leurs nouvelles terres, sises dans la région de Sainte-Anne-des-Pays-Bas (actuellement Fredericton), aux Loyalistes fuyant l’indépendance américaine.

À peine quelques années plus tard, fin XVIIIe siècle, des colons canadiens-français venus du Québec s’installèrent également au Madawaska. Ces Canadiens et ces Acadiens fondèrent de nouvelles familles et créèrent une communauté besogneuse sur les deux rives du fleuve.

Aucune frontière officielle ne délimitait ce territoire. Mais en peu de temps, cette région fut revendiquée par trois gouvernements, soit le Nouveau-Brunswick, le Québec et le Maine. Ces querelles de frontières s’intensifièrent au fil des ans, et conduisirent à l’un des haut faits de la petite histoire régionale, la campagne d’un colon d’origine américaine, John Baker, visant à rattacher le territoire madawaskayen à la république américaine.

Baker n’eut jamais gain de cause, mais au cours des années subséquentes, les gouvernements finirent par négocier et déterminer leurs frontières respectives sur cette région au milieu du XIXe siècle. En 1842, par le Traité de Webster-Ashburton, la frontière américaine est tracée sur la rive sud du fleuve Saint-Jean. Du coup, quelques milliers d’Acadiens et de Canadiens-Français d’origine deviennent citoyens américains. En 1851, par un Acte impérial du Parlement, c’est le tracé définitif de la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick qui est officiellement reconnu.

Le territoire devenait donc ce qu’il est encore aujourd’hui : une région délimitée par trois frontières, réelles ou imaginaires, enclavée entre le Maine, le Québec et le Nouveau-Brunswick anglophone.

Mais l’histoire officielle est une chose… et la réalité culturelle en est une autre !

Selon une légende, l’expression République du Madawaska serait née d’une boutade lancée par un colon du Madawaska à un inspecteur français, pendant la période de contestations territoriales. « Je suis citoyen de la République du Madawaska ! », lui aurait-il affirmé, à cette occasion.

Cette même boutade fut aussi répétée par un député du Madawaska au cours d’une session de l’Assemblée Législative, à Fredericton, dans les années 1920 et 1930.

En 1949, sous l’impulsion de deux citoyens d’Edmundston, le concept de la République du Madawaska est officiellement mis de l’avant afin d’accentuer la saveur touristique particulière de la région. Ses promoteurs la dotent d’armoiries, puis d’un drapeau. Ils créent même un « Ordre des Chevaliers de la République » dont le maire d’Edmundston, capitale de la République, est d’office le président.

Et depuis ce temps, en guide de clin d’oeil à l’histoire, les habitants du Madawaska (familièrement appelés les Brayons) prennent plaisir à nommber leur belle région: La République du Madawaska!

Voici deux liens qui où vous pourrez retrouver des informations très intéressantes sur la région:

Toucher du bois